-A +A

Entre les vignes et l’océan : du Défend à Chauveau

Historic ,  Natural at Rivedoux-Plage

2.4 km
Walking/pedestrian
1h 30min
Easy
RIVEDOUX_VIGNES-001.jpg
  • Difference in height
    12.02 m
  • Documentation
    GPX / KML files allow you to export the trail of your hike to your GPS (or other navigation tool)
Points of interest
1 Parking - Départ
2 Le chêne vert : "Roi" de Ré
Sentinelle en bord de mer et pouvant vivre plusieurs siècles, le chêne vert est l’arbre caractéristique de l’île de Ré. Alors que la plupart de ses cousins perdent leurs feuilles en hiver, le chêne vert (ou yeuse) conserve les siennes tout au long de l’année.

Photo 1 : Chênes verts (photo H. Roques)
Photo 2 : Au pied des chênes verts, des petits murets de pierres servant autrefois à protéger les vignes des vents salés sont les témoignages d’une activité agricole jadis florissante (photo H. Roques).
3 Un littoral fragile
Un peu partout sur le littoral rétais, l’érosion menace les terres.

Ici, des enrochements, des pieux fichés dans le sable et des clôtures empêchant l’accès et le piétinement des dunes ont été installés pour tenter de contenir les assauts de l’océan…

Photo 1 : L’érosion ronge le littoral du Défens (photo H. Roques).
4 Le Défens, un lieu chargé d'histoire
Au 12e siècle, le seigneur local céda son territoire du "Deffensum de Saboncelo" aux moines afin de suivre Richard Cœur-de-Lion à Jérusalem pour les croisades.

Aujourd’hui, la propriété du Défens est composée d’une vaste demeure, ainsi que de prairies humides et de bosquets appartenant au Conservatoire du Littoral.

La nature y est omniprésente. Outre les majestueux pins parasols, chênes verts et tamaris, de nombreux animaux (lapins, rapaces, hérons, canards) profitent du site pour s’alimenter ou se reproduire.

Photo 1 : Paysage au Défens (photo H. Roques).
Photo 2 : Prairie pâturée (H. Roques).
Photo 3 : Au printemps, le tadorne de Belon fait son nid dans un terrier de lapin (photo A. Audevard).
5 Vignes d'hier et d'aujourd'hui
Jadis, la vigne recouvrait l’essentiel du territoire rétais. Suite à l’invasion du phylloxéra (un insecte ravageur) au 19ème siècle, de nombreux vignobles ont disparu. Devenus friches, ces territoires sont peu à peu colonisés par la végétation.

Depuis quelques années pourtant, la viticulture retrouve une certaine vigueur et de nouvelles parcelles sont replantées çà et là dans le but de produire du vin, du pineau et du cognac.

Photo 1 : Paysage de vignes (au fond le clocher de Sainte-Marie) (photo H. Roques)
6 Haies et bosquets : refuges de nature
En toutes saisons, les haies (ronces, arroches, lierres, tamaris) et les bosquets (cyprès, chêne vert) constituent des refuges naturels pour une foule de mammifères, d’oiseaux, d’insectes ou d’araignées.

Au printemps par exemple, le merle, la linotte ou le chardonneret y font leur nid. En automne, certaines haies constituent des « restaurants » à ciel ouvert pour des migrateurs venus du nord (fauvettes, grives) qui se régalent de fruits et de baies !

Photo 1 : Paysage de haies et de bosquets (photo H. Roques).
Photo 2 et 3 : Deux hôtes de la haie : le chardonneret (photo F. Croset) et le hérisson (photo H. Roques).
7 Vue sur mer
D’ici, la vue sur le Pertuis d’Antioche (bras de mer entre Ré et Oléron) est imprenable.

De gauche à droite, on distingue (selon la météo) : le port de La Rochelle/La Pallice, la pointe de Fouras, l’île d’Aix, le phare de Chauveau, le célèbre fort Boyard, l’île d’Oléron (et son phare de Chassiron à 17 km). Plus près et dominant le rivage : le clocher de Sainte-Marie-de-Ré.

Photo 1 : Allumé en 1842, le phare de Chauveau est situé à 1,2 km de la côte. A marée basse, ses abords sont le paradis des pêcheurs à pied (attention ! La pêche est réglementée. Renseignez-vous) (photo H. Roques).
Photo 2 et 3 Clocher aujourd'hui / clocher d'autrefois : Longtemps peint en noir et blanc comme celui d’Ars, le clocher de Sainte-Marie servait autrefois d’amer (point de repère pour les marins) (photos H. Roques).
8 La plage milieu vivant
Important ! A marée montante et en cas de forte marée, empruntez le chemin qui surplombe la plage.

A marée montante, l’océan rejette à la côte d’innombrables débris d’origine naturels : algues, bois, restes d’animaux, ... C’est la laisse de mer. En plus de protéger la côte de l’érosion en « engraissant » la dune, elle nourrit les animaux et les plantes de la plage.

A voir aussi en haut de plage : les petites falaises calcaires du Jurassique, témoignages d’un temps révolu !

Photo 1 : Originaire du Grand Nord, le tournepierre passe l’hiver sur l’île de Ré (photo H. Roques).
Photo 2 : Rouges, brunes ou vertes, les algues échouées retiennent le sable et contribuent à la protection de la dune (photo H. Roques).
Photos 3, 4 et 5 : Capsule d’œuf de raie, squelette de gorgones (animaux de la famille des coraux) et « os » de seiche sont autant de « trésors » naturels échoué sur la plage (photos H. Roques).
12 meters of difference in height
  • Start altitude : 2 m
  • End altitude : 2 m
  • Maximum altitude : 5 m
  • Minimum altitude : 1 m
  • Total positive elevation : 12 m
  • Total negative elevation : -12 m
  • Max positive elevation : 3 m
  • Min positive elevation : -4 m
Add a review
Leave a review about Entre Les Vignes Et L’Océan : Du Défend À Chauveau :
  • Horrible
  • Bad
  • Average
  • Good
  • Excellent
There is no review about Entre Les Vignes Et L’Océan : Du Défend À Chauveau, be the first to leave one !